Le ralentissement momentanément enrayé


La situation des affaires des entreprises suisses est demeurée stable en juillet par rapport au mois précédent. Après sept reculs consécutifs, l’indicateur de la situation des affaires s'est maintenant stabilisé à son niveau du mois précédent. Le ralentissement de la conjoncture suisse est momentanément enrayé bien que l'environnement conjoncturel demeure difficile.

Globalement stable, la marche des affaires masque des disparités quant à l’évolution entre les différents secteurs d’activité. Les entreprises du secteur des services financiers et assurantiels, de l’hôtellerie et des autres services annoncent une amélioration de la situation de leurs affaires. La situation des affaires dans le commerce de détail et le secteur de la construction évolue en revanche légèrement sous pression. Ce sont les secteurs des bureaux d’études et du commerce de gros qui subissent les plus fortes baisses. Dans l’industrie de transformation, l’indicateur de la situation des affaires poursuit sa baisse: l’indicateur inscrit ici son huitième mois de baisse consécutive. Les entreprises industrielles suisses souffrent en particulier d’une évolution internationale mitigée.

 

La situation varie selon les secteurs d'activité

Dans l’industrie de transformation, la situation des affaires et les bénéfices évoluent sous pression, les attentes concernant les affaires sont faibles pour les mois à venir. La situation des affaires des entreprises de l’industrie de transformation s'est de nouveau nettement refroidie. Elle se présente en juillet 2019 de manière nettement moins positive qu'en été de l'année passée. Les carnets de commandes se sont récemment nettement réduits et les entreprises déplorent davantage des réserves de travail insuffisantes. Les entreprises ayant d’ores et déjà réduit leurs activités de production, le taux d’utilisation des machines et des équipements diminue. Le taux d’utilisation des capacités est avec 80,1%, inférieur à la moyenne à long terme. De plus, la situation bénéficiaire a souffert à nouveau plus fréquemment qu'au cours du trimestre précédent.

La position concurrentielle des entreprises suisses n'a pas fondamentalement varié que ce soit à l’étranger ou en Suisse. Cependant, les entreprises veulent faire face à l’insuffisance de la demande en réduisant légèrement les prix. Elles espèrent renouer avec un niveau d’activité exportatrice un peu plus élevé et des entrées de commandes plus soutenues à court terme. Les entreprises manifestent dans l'ensemble une confiance prudente en ce qui concerne la situation de leurs affaires au cours des prochains mois. Les effectifs de personnel pourraient légèrement diminuer d'après les prévisions des entreprises.

Dans le commerce de détail, la dynamique est moins perceptible. Dans le commerce de gros, ce sont en particulier les entreprises de production qui entraînent la demande à la baisse.

Dans le commerce de détail, la situation des affaires en juillet – à l’instar des mois précédents – peut être qualifiée de satisfaisante à bonne. La situation bénéficiaire des entreprises continue à évoluer légèrement sous pression. Aussi bien la fréquentation de la clientèle que les volumes de ventes n’augmentent plus depuis quelques mois. Comme les détaillants ne prévoient pas non plus de reprise sensible du chiffre d’affaires, ceux-ci se montrent toujours prudents en ce qui concerne la commande de nouvelles marchandises.

La situation est certes bonne dans le commerce de gros, mais elle continue à se refroidir. En juillet, l’indicateur de la situation des affaires a fléchi aussi bien dans le secteur du commerce des biens de consommation que dans celui du commerce de marchandises destinées à la production. Si les ventes de marchandises ont toutefois augmenté dans le commerce des biens de consommation par rapport à l'année précédente, ce n'est plus le cas dans le commerce de marchandises destinées à la production. Les prévisions se différencient également en ce qui concerne la demande: tandis que les grossistes du secteur de la consommation s'attendent à une demande ralentie mais toujours en hausse, ceux des entreprises de production prévoient un recul de la demande dans un avenir proche.

 

Dans le secteur de la construction, on assiste à un léger refroidissement

Concernant les secteurs d’activité liés à la construction (bâtiment et bureaux d’études), la marche des affaires est pour l’instant bonne. Le niveau élevé de l’indicateur de la situation des affaires des deux secteurs d'activité enregistré au printemps n'a toutefois pas tout à fait pu se maintenir. Dans le bâtiment, le taux d’utilisation des machines et des équipements a diminué. La demande de prestations des entreprises de construction était toutefois soutenue au cours des derniers mois. Comme les entreprises ne s'attendent pas à un recul de la demande, elles prévoient une activité de construction en légère hausse à court terme. Les entreprises considèrent donc que leurs effectifs de personnel sont plutôt insuffisants et se soucient de la disponibilité de main-d’œuvre qualifiée. Le second œuvre constitué pour une part importante d'entreprises artisanales recherche en particulier de nouveaux collaborateurs pour satisfaire la demande en légère mais constante hausse.

Du côté des bureaux d’études, la demande et les prestations n’ont plus tout à fait autant augmenté qu’au cours des mois précédents. Les prestations devraient toutefois continuer leur expansion à court terme, de sorte que les bureaux d’études devraient augmenter leurs effectifs. Dans l'ensemble, tant les bureaux d’études que les entreprises du bâtiment s'attendent à une évolution stable de leurs affaires au cours des six prochains mois.

 

La situation s’améliore dans l’hôtellerie

La situation des affaires s'est à nouveau améliorée cet été dans le secteur de l’hôtellerie et est ainsi meilleure qu’il y a un an. Les établissements d’hébergement en particulier font davantage état d’une situation positive. Les entreprises de la restauration sont toutefois aussi moins sujettes au scepticisme et la situation apparait satisfaisante dans une part croissante des cas. Les restaurateurs estiment que les conditions climatiques sont dans l’ensemble plus favorables qu’il y a un an. La demande augmente et le volume des ventes est plus élevé qu’en été 2018. La situation bénéficiaire s’améliore aussi légèrement. En ce qui concerne l’évolution pour les prochains mois, les restaurateurs s'attendent à une évolution stable de la demande.

Quant aux établissements d’hébergement, le taux d’occupation des chambres a une nouvelle fois augmenté. Le nombre de nuitées des Suisses et des étrangers dépasse les valeurs de l'année précédente. Dans la mesure où les établissements prévoient une poursuite de la hausse des résultats, ils estiment disposer d’une marge de manœuvre pour les prix et davantage d'entre eux s'attendent à les augmenter.

 

Les prestataires de services financiers et assurantiels prévoient une évolution positive

Dans le secteur des services financiers et assurantiels, les résultats de l'enquête montrent une situation des affaires à nouveau un peu plus favorable. Mais la situation était nettement meilleure il y a un an. La demande en prestations des instituts s'est accrue plus nettement en juillet qu’au cours des mois précédents. Comme les dépenses d'exploitation n’ont guère augmenté récemment et que les revenus d’exploitation sont nettement plus positifs que précédemment, la situation bénéficiaire a cessé de se détériorer. En ce qui concerne l’évolution ultérieure des affaires, les entreprises se montrent plus confiantes qu’au cours des mois précédents.

Dans le secteur bancaire, la demande est plus soutenue en particulier du côté de la clientèle d’entreprise suisse. Mais les établissements bancaires se montrent un peu plus sceptiques qu'auparavant à l’égard de la solvabilité de ce groupe de clients. Concernant les mois à venir, les instituts ne s'attendent plus tout à fait à une croissance aussi forte des opérations de crédits. Les bénéfices devraient toutefois à nouveau fortement augmenter. Les banques sont optimistes en particulier concernant les opérations sur commissions qui ne se sont pas particulièrement bien développées au cours des mois précédents.

 

Les autres prestations de services évoluent de manière légèrement plus positive

En ce qui concerne les autres services, la situation des affaires s'éclaircie. La croissance de la demande se renforce. L’utilisation des capacités des entreprises n'est néanmoins pas plus élevée qu’au cours de la période correspondante à l'année précédente. La situation bénéficiaire a évolué de manière légèrement plus positive qu'au cours du trimestre précédent. Le nombre d’employés devrait augmenter au même rythme.

Les fournisseurs de prestations économiques en particulier corrigent à la hausse leurs prévisions de recrutement, car ils sont plus optimistes que précédemment quant à l’évolution future de la demande. Les entreprises de services s'attendent globalement à une reprise plus soutenue de la demande qu’au cours du trimestre précédent. Néanmoins, les entreprises étaient encore plus positives concernant l’évolution de la demande au cours de l’été dernier.


Organisé par

Co-organisateur

En parteneriat avec