Le changement climatique incite à agir


Le réchauffement de la planète résultant du changement climatique aura un impact significatif sur le rendement attendu des investisseurs institutionnels.

Si le réchauffement climatique dépasse la température de 2 °C, cela devrait avoir un impact négatif significatif sur le rendement des investissements à moyen terme, dévoile un sondage effectué par le cabinet de conseil aux entreprises Mercer. Toutefois, ces effets peuvent être atténués en mettant l'accent sur les investissements durables.

L'étude examine trois scénarios de changement climatique: un réchauffement moyen de 2 °C, 3 °C et 4 °C par rapport aux niveaux préindustriels. Ils sont examinés sur des périodes allant jusqu'en 2030, 2050 et 2100 pour montrer l'impact des catastrophes naturelles et la disponibilité des ressources. Les évaluations permettent aux investisseurs de saisir les risques financiers liés aux changements climatiques et d'agir en conséquence dans l'ensemble de leur portefeuille, de leurs catégories d'actifs et de leurs secteurs industriels.

 

Les investisseurs doivent élaborer un scénario basé sur un réchauffement de 2 °C

«L'une des principales conclusions de notre nouvelle étude est que les investisseurs doivent travailler activement à l'élaboration d'un scénario à 2 °C et qu'ils doivent y voir une opportunité», relève Helga Birgden, Global Business Leader, responsable des investissements chez Mercer. «Dans presque toutes les classes d'actifs, régions et périodes, nos analyses montrent que les rendements attendus dans le scénario basé sur un réchauffement de 2 °C sont nettement meilleurs que dans le scénario 3 °C ou 4 °C de réchauffement. De plus, la transition vers une économie et une société à faibles émissions de carbone qui s'impose offre de nouvelles opportunités d'investissement».

 

Opportunité pour les caisses de pension helvétiques

«De nombreuses caisses de pension suisses n'ont pas encore pleinement reconnu l'importance du changement climatique pour leurs investissements», indique Samuel Lisse, CEO de Mercer en Suisse. «Une approche orientée vers l'avenir avec une approche d'investissement durable permet d'ores et déjà d'obtenir de bons rendements aujourd'hui et un risque d'investissement réduit à moyen et long terme. Les fonds de pension, en particulier, peuvent en bénéficier en raison de leur horizon de placement à long terme.»

 

Les investisseurs jouent un rôle actif dans la construction de l'avenir

L'étude de Mercer fournit aux investisseurs un cadre clair pour jouer un rôle actif en tant que fabricants de demain et contribuer à façonner une transition vers un scénario à 2 °C. Les futurs acteurs décrits par Mercer dès 2015 sont engagés dans des plans d'affaires basés sur le scénario des 2 °C dans les entreprises exposées à des risques dommageables pour l'entreprise lors d'une transition vers une économie faible en carbone. Ils exercent également des pressions sur les gouvernements pour qu'ils agissent rapidement afin de mettre en œuvre l'Accord de Paris et de lutter contre les changements climatiques.


Organisé par

Co-organisateur

En parteneriat avec